Des équidés exploités pour la production de sérums antivénéneux et d'antitoxines

Ces établissements où règne la cruauté détiennent des animaux dans des hangars mornes et surpeuplé, et ils leur prélèvent de grandes quantités de sang pour produire des médicaments.

En 2015, des vétérinaires et un scientifique de PETA Inde ainsi que d'autres experts ont inspecté 10 établissements qui produisent des antitoxines et des sérums antivénéneux.

À l'exception de l'un d'entre eux qui externalise ce travail, tous les établissements prennent d'importants volumes de sang à des chevaux, des ânes ou des mules. Les inspecteurs ont fait état de nombreux problèmes alarmants dont ceux-ci :

  • Les animaux souffraient d'anémie, de saignement et de plaies infectées, et d'autres graves problèmes de santé.
  • D'autres problèmes de santé physique comprenaient les sabots malades, la malnutrition, les infections, les parasites, l'enflure des membres, des problèmes de locomotion ainsi que des problèmes oculaires comme la cécité.
  • Les établissements utilisaient souvent des aiguilles de diamètre large afin de prélever le sang plus rapidement.
  • Beaucoup de chevaux étaient craintifs et anxieux et se débattaient pour s'enfuir lorsque des humains les approchaient.
  • En général, les animaux étaient enfermés dans des enclos surpeuplés et mornes, et souvent attachés avec une corde qui limitait drastiquement leur possibilité de se mouvoir.
  • Beaucoup d'entre eux étaient contraints de rester dans leur propre urine et excréments et certains souffraient d'hygroma du coude, une inflammation et enflure douloureuses des articulations provoquées par le fait d'être étendu sur le sol dur.
  • Des gestes élémentaires en élevage, comme les soins dentaires ou l'entretien des sabots semblaient être ignorés et des outils inadaptés étaient utilisés pour le pansage.
  • Parmi les nombreuses violations manifestes des lois et des recommandations, il y avait le fait que la plupart des établissements n'étaient pas enregistrés pour pratiquer ces manipulations sur les animaux.

La loi indienne exige que les personnes qui sont en charge d'animaux prennent toutes dispositions raisonnables pour s'assurer de leur bien-être et les protéger de douleur et de souffrance inutiles, aux antipodes de la maltraitance et de l'absence de soin constatées dans ces établissements.

Agissez

Prenez la défense de ces animaux ! Demandez aux autorités indiennes de fermer ces établissements cruels. Envoyez ce message en remplissant le formulaire ci-dessous.

J'ai découvert avec stupéfaction la maltraitance et l'absence de soin que les experts agissant avec l'autorisation du Bureau indien du bien-être animal (AWBI) ont mis au jour lorsqu'ils ont inspecté des établissements producteurs de sérums d'équidés qui prélèvent du sang à des chevaux, des ânes et des mules pour la production d'antitoxines et de sérums antivénéneux. Ces entreprises maintiennent les équidés dans un état de peur et de souffrance permanent.

Les enquêteurs ont remarqué que les animaux dans ces établissements souffrent de graves troubles mentaux et physiques. Maux oculaires, sabots malades, malnutrition, infections, parasites, plaies ouvertes, membres enflés et animaux mourants étaient monnaie courante.

Je vous appelle à faire ce qui est en votre pouvoir pour refuser ou annuler l'enregistrement de ces entreprises en vue de pratiquer des expériences sur les animaux et de révoquer immédiatement leur autorisation de produire des produits biologiques. Je vous appelle également à faire tout votre possible pour orienter l'Inde vers des méthodes de production d'antitoxines et de sérums antivénéneux qui ne nécessitent pas d'animaux.

 
 
 
 
 
 
 
Les champs marqués d’une étoile (*) sont obligatoires
 

Rester en contact

En tant que membre de PETA, vous contribuez déjà à sauver des vies animales. Pour vous informer de la manière par laquelle nous faisons bon usage des dons de nos membres et pour vous fournir des informations sur les moyens de continuer à aider les animaux, notamment à propos de votre adhésion à PETA et des dons qui soutiennent notre travail, il peut nous arriver de vous contacter par courrier postal en utilisant les informations que vous avez fournies dans ce formulaire.

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité en entier ici. Vous pouvez changer la façon dont nous communiquons avec vous à tout moment, y compris pour réduire le nombre de lettres que nous vous envoyons ou pour vous désabonner de toutes nos communications. Pour ce faire, veuillez nous contacter via ce formulaire en ligne. Abonnés actuels : vous continuerez à recevoir des e-mails de notre part à moins que vous ne vous en désinscriviez explicitement ici.

Je souhaite recevoir par e-mail :