Révélations sur les animaux en souffrance en Jordanie

Les touristes vont à Petra pour s'émerveiller devant les monuments et les temples anciens, pourtant la « Cité perdue » a un côté sombre et hideux. Plus de 1 300 chevaux, ânes, mules et chameaux sont forcés de porter des touristes ou de tirer des calèches dans la ville chaque jour. Et ils en souffrent terriblement.

Ceux qui manipulent les animaux les frappent avec tout ce qu'ils trouvent, y compris des tubes en plastique dur, des cordes, des chaînes métalliques et des fouets, pour que les animaux épuisés continuent à travailler.

AIE - Jordan 9.jpg

Même quand ils sont simplement trop usés pour continuer, ils sont violemment battus. Lorsqu'un âne a refusé de porter plus de touristes juste après être revenu d'un tour, le dresseur lui a donné des coups dans le ventre si fort qu'il a fait reculer une personne qui regardait la scène. Alors que l'animal tentait d'échapper à cette attaque, il était retenu par une corde et ne pouvait pas s'enfuir.

Bien qu'ils travaillent toute la journée dans la chaleur du désert, ces animaux sont privés d'eau jusqu'à leur retour à l'étable, là où se trouve la seule source d'eau du Parc archéologique de Petra.

AIE - Jordan 6.jpg

Entre les tours, ils sont attachés, sans ombre ni autre répit de la chaleur. Certaines cordes sont attachées si fermement que les animaux ne peuvent même pas s'allonger et doivent rester debout jusqu'au prochain client.

AIE - Jordan animal 4.jpg

Beaucoup d'animaux souffrent de blessures parce que les chaînes et les cordes sont attachées si fermement qu'elles se marquent dans leur peau. Un témoin de PETA Asie a vu des chameaux forcés à travailler avec des plaies ouvertes infestées de mouches causées par le fait que les brides étaient tirées trop violemment. Des ânes ont été découverts avec des chaînes autour du cou, tachées du sang qui venait des blessures.

AIE - Jordan 5.jpg

Alors que certaines parties de Petra ne sont accessibles qu'à pied, la Jordanie peut et doit remplacer les chevaux, les ânes, les mules et les chameaux par des véhicules motorisés modernes pour permettre à ces animaux de vivre une meilleure vie, sans souffrances. La cruauté envers les animaux devrait être bannie de toute société, et en particulier si elle est moderne et fondée sur des enseignements les plus sacrés.